Tests antigéniques rapides : performances, impact des variants

Classé dans : Actualité, Non classé | 0

Actuelle­ment en France, le dépistage/diagnostic du SARS-Cov­‑2 est effec­tué à 80% par des tests PCR réal­isés en lab­o­ra­toire de biolo­gie médi­cale et à 20% par des tests antigéniques dits “rapi­des” effec­tués par dif­férents pro­fes­sion­nels de san­té (phar­ma­cies, médecin, cab­i­nets infir­miers…)  à par­tir du même type de prélève­ment naso-pharyn­gé pro­fond.  Dans l’arse­nal de la lutte anti Covid-19 “tester, alert­er, pro­téger”, ils représen­tent un out­il alter­natif et com­plé­men­taire au diag­nos­tic PCR.

Les tests antigéniques ont un avan­tage indé­ni­able : leur rapid­ité d’exécution et de ren­du. Ils sont un mar­queur de forte con­ta­giosité (excré­tion virale impor­tante).

Leur point faible est qu’ils ne sont pas un out­il diag­nos­tique fiable dans toutes les sit­u­a­tions (faible excré­tion virale, manque de fia­bil­ité, exé­cu­tion dans de mau­vais­es con­di­tions, non recon­nais­sance des vari­ants…).

Le lab­o­ra­toire Bioex­cel ne pro­pose pas de tests rapi­des antigéniques. Doté d’une nou­velle plate­forme PCR automa­tisée sur notre plateau tech­nique de Saint Doulchard, nous dis­posons actuelle­ment d’une capac­ité d’environ 300 à 400 tests par jour, d’une exter­nal­i­sa­tion pos­si­ble en cas de dépasse­ment et d’une organ­i­sa­tion rodée avec une pri­or­i­sa­tion des patients symp­to­ma­tiques et cas con­tacts, dans un par­cours dif­féren­cié au sein de nos dif­férents sites avec une prise de ren­dez vous en ligne 24H/24. Nos délais de ren­du moyen des résul­tats pour les exa­m­ens non exter­nal­isés sont de 6 à 24H, en accord avec les recom­man­da­tions des autorités san­i­taires. Au pic de la 2ème vague, nos délais de ren­dez-vous ont aug­men­té (plusieurs jours) mais un retour à la nor­male à J+1 de la demande de ren­dez-vous est à présent observé.

Atten­tion

En cas de résul­tat posi­tif par test antigénique naso-pharyn­gé, une RT-PCR de diag­nos­tic doit être réal­isée dans les 24h suiv­ant le TAG. Si le résul­tat de diag­nos­tic obtenu par cette RT-PCR et celui du TAG sont dis­cor­dants, c’est celui de la RT-PCR qui doit être retenu (DGS-urgent 71 28/07/21).

Avec une sen­si­bil­ité et spé­ci­ficité impar­faite et surtout très hétérogène suiv­ant les fab­ri­cants (non encore éval­ués indépen­dam­ment par le CNR), l’utilisation des tests antigéniques doit rester pru­dente, ce qui a fondé l’avis de la HAS ne le recom­man­dant pas pour les sujets symp­to­ma­tiques de plus de 4 jours, ou dans les dépistages de masse (sen­si­bil­ité glob­ale de seule­ment 50 % des tests antigéniques par rap­port à la PCR dans ces sit­u­a­tions). Exclu­ant ini­tiale­ment les cas con­tacts, ces derniers peu­vent être dépistés par tests antigéniques depuis le 27/11/2020.

Quelles sont les dif­férences entre tests PCR et tests antigéniques rapi­des ?

Les tests antigéniques ont un avan­tage indé­ni­able : leur rapid­ité d’exécution et de ren­du. Ils sont un mar­queur de forte con­ta­giosité (excré­tion virale impor­tante).

Leur point faible est qu’ils ne sont pas un out­il diag­nos­tique fiable dans toutes les sit­u­a­tions. Ils peu­vent être fausse­ment négat­ifs s’ils sont réal­isés trop tôt ou trop tard par rap­port au moment de la con­t­a­m­i­na­tion.

C’est pourquoi la HAS ne recom­mande pas leur util­i­sa­tion chez les patients symp­to­ma­tiques au delà de 4 jours d’évolution. Dans les sit­u­a­tions des cas con­tacts, la pru­dence s’im­pose car en l’ab­sence de symp­tôme et dans la mesure où le délai d’in­cu­ba­tion est vari­able,  dans 1 cas sur 2, il y aura dis­cor­dance entre le test antigénique rapi­de qui revien­dra négatif alors que la PCR aurait été pos­i­tive si elle avait été réal­isée.

Sur les patients asymp­to­ma­tiques, un test antigénique rapi­de effec­tué en dépistage, peut être envis­agé au cas par cas, mais seule­ment de manière ciblée, et hors inves­ti­ga­tion de clus­ter dans le cadre d’opérations de dépistage col­lec­tif, organ­isées par un employeur (après déc­la­ra­tion aux autorités) ou par une col­lec­tiv­ité publique, pour des per­son­nes fréquen­tant des lieux con­finés, favorisant la trans­mis­sion du virus à un grand nom­bre de per­son­nes (uni­ver­sités, abat­toirs, per­son­nels des Ehpad, aéro­ports, étab­lisse­ments péni­ten­ti­aires…).

Il est impor­tant de garder en tête qu’un résul­tat négatif par un test antigénique rapi­de ne peut exclure formelle­ment le diag­nos­tic d’infection virale à SARS-Cov­‑2, à for­tiori en cas de risque de con­t­a­m­i­na­tion par un nou­veau vari­ant (voir para­graphe suiv­ant). Il reste par con­séquent néces­saire  de respecter stricte­ment les gestes bar­rières et de rester vig­i­lant sur le risque d’un éventuel niveau de con­ta­giosité évo­lu­tif, non détec­té par le test rapi­de.

Par ailleurs, en cas de symp­tômes évo­ca­teurs et de test antigénique rapi­de négatif, il reste recom­mandé de con­firmer ce résul­tat par un exa­m­en de détec­tion du génome du Sars-CoV­‑2 par RT-PCR.

Des cas de tests rapi­des antigéniques fausse­ment posi­tifs ont égale­ment été rap­porté (lots de tests défectueux, per­for­mance intrin­sèque insuff­isante, exé­cu­tion à des tem­péra­tures extérieures trop bass­es…)

 

Pour en savoir plus : Newslet­ter adressée fin novem­bre aux pro­fes­sion­nels de san­té du départe­ment.

Mise  à jour 19/01/2021 DGS-urgent n°2021_06

Plusieurs sig­nale­ments de pro­fes­sion­nels de san­té ont mon­tré la sur­v­enue de faux posi­tifs pour les tests rapi­des antigéniques, en par­ti­c­uli­er lorsque ces derniers sont réal­isés hors des murs avec des tem­péra­tures bass­es (sous tente, bar­num ou local aéré).

Retrait de l’ensemble des tests Viva­di­ag Test tapid SARS Cov 2 Ag de la société VIVACHEK

Mise en quar­an­taine de deux lots du test BIOSYNEX COVID Ag BSS (2011351 et 2011352)

  1. Eviter la réal­i­sa­tion d’un test antigénique rapi­de dans les sit­u­a­tions où le risque de détec­tion de vari­ant est élevé

Du fait de la cir­cu­la­tion active des vari­antes et d’une sen­si­bil­ité plus élevée des tests RT-PCR, il con­vient égale­ment d’orienter vers un test RT-PCR toute per­son­ne revenant d’un séjour à l’étranger dans les 14 derniers jours, ou ayant été en con­tact rap­proché avec une per­son­ne ayant séjourné à l’étranger ou vivant dans une zone où une aug­men­ta­tion brusque de l’incidence est observée.

      2. Mise à jour DGS du 07/02/2021 n°2021_12

Compte-tenu de la pro­gres­sion de la dif­fu­sion des vari­antes d’intérêt du SARS-CoV2, soit les vari­antes 20I/501Y.V1 (dite « bri­tan­nique »), 20H/501Y.V2 (dite « sud-africaine ») ou 20J/501Y.V3 (dite « brésili­enne ») avec pour les deux dernières un risque d’échappe­ment immu­ni­taire et vac­ci­nal, tout test antigénique posi­tif doit désor­mais oblig­a­toire­ment faire l’objet d’une RT-PCR de criblage en sec­onde inten­tion sur un sec­ond prélève­ment naso-pharyn­gé, réal­isée dans un délai de 36H max­i­mum, afin de déter­min­er s’il s’agit d’une con­t­a­m­i­na­tion par une vari­ante d’intérêt.

Pour plus d’in­for­ma­tions, voir la fiche éditée par le min­istère de la san­té STRATEGIE NATIONALE DE LUTTE CONTRE L’EMERGENCE DES VARIANTES D’INTERET DU SARS-COV2

Il est rap­pelé que seuls les dis­posi­tifs inscrits sur la liste pub­liée sur le site du min­istère des sol­i­dar­ités et de la san­té  (https://covid-19.sante.gouv.fr/tests) peu­vent être util­isés sur le ter­ri­toire nation­al. Cette dernière  men­tionne les dis­posi­tifs détec­tant les pro­téines N ou N+S per­me­t­tant de détecter les nou­velles vari­antes du SARS-CoV­‑2, notam­ment du VOC 202012/01. L’utilisation des tests antigéniques ciblant unique­ment la pro­téine S est très forte­ment décon­seil­lée.

 

Pour con­naitre la liste des lieux de dépistage (PCR ou tests rapi­des antigéniques), cliquez ici